As tu envie de devenir libre financièrement ?

Le Bonus exclusif : Les 5 piliers de la loc courte durée !

Si tu travailles dans le domaine de l’immobilier et que tu mets en location un logement pour une période limitée à des voyageurs en court séjour (étudiant venu passer un concours dans la ville, professionnel en déplacement, couple d’amoureux voulant s’évader le temps d’un weekend…), tu es certainement au courant que la satisfaction de tes invités doit être optimale afin d’augmenter ta rentabilité locative. Ainsi, si tu souhaites entretenir avec elle, ainsi qu’avec ton voisinage, un rapport agréable et non éphémère, tu dois penser à instituer un règlement intérieur régissant ton bail.

Pourquoi faut-il établir un règlement intérieur pour une location de courte durée ?

La société met en place des règles pour mieux vivre ensemble. S’agissant de la location de courte durée, c’est peu ou prou la même chose, sauf qu’ici, c’est ton locataire et toi en tant que bailleur, qui devez créer, par le biais d’un règlement intérieur, un environnement social plus ou moins convivial. Ainsi, le but de l’établissement des règles en matière de bail à durée déterminée est de faire en sorte que celui qui occupe ton logement se sente comme chez lui, tout en respectant ses prochains ainsi que leurs droits, notamment les voisins et ton logement. Autrement dit, instaurer un règlement intérieur de location est, pour toi, un moyen efficace pour établir, entre toi et le locataire, le respect et le savoir-vivre, mais aussi pour éviter les incidents éventuels.

Il ne faut surtout pas que tu oublies que la location de courte durée est un contrat, ce qui signifie que les clauses qui y sont présentes devront être scrupuleusement respectées par les parties, à savoir toi en tant que bailleur et ton locataire. Juridiquement, un contrat établi en bonne et due forme tient lieu de loi, il te sera donc plus facile d’imposer à ton locataire les règles stipulées par le règlement intérieur, car celui-ci ne sera qu’une extension du contrat de location lui-même.

Comment faire pour rédiger les règles régissant une location meublée ?

La bienséance et le respect mutuel sont des concepts purement subjectifs, ce qui signifie que chacun a son propre mode de vie. Par conséquent, il n’y a pas de modèle déterminé de règlement intérieur, ni une forme préétablie par la loi. Ce qui fait que tu vas disposer d’une totale latitude quant à la délimitation de son contenu.

Lisez aussi :  La location de courte durée en basse saison

Malgré le fait que ce dernier soit écrit à ton intime convenance, il faut, néanmoins, que tu prennes en compte certaines variables, à savoir :

  • La surface ton bien immobilier à louer et celle des pièces qui le composent.
  • Les meubles que tu mets à la disposition du locataire (la literie et les appareils électroménagers en l’occurrence, conformément à la loi Alur).
  • La durée du séjour.

En te souciant de ces trois aspects, tu pourras constituer des règles qui prennent en considération tes exigences personnelles et les besoins de ton hôte.

Qu’est-ce qu’on doit trouver dans une réglementation concernant la location saisonnière ?

Encore une fois, tu es parfaitement libre de choisir les éléments qui vont contenir ton propre règlement intérieur. Pour ce faire, il faut que tu te poses certaines questions, comme :

  • Est-ce que la maison objet du bail s’agit de ta résidence principale ou de ta résidence secondaire ?
  • Quels sont les droits du locataire ? (Ce qu’il peut faire et ce qui lui est interdit de faire dans le logement loué)
  • En quoi consistent ses obligations ? Autrement dit, qu’en est-il de tes exigences en tant que bailleur ?
  • Quid de ses besoins ? À cet égard, il ne faut pas que les règles établies profitent uniquement à ta personne, puisque ta priorité demeure la satisfaction de tes invités.
  • Quelles sont les sanctions en cas de non-respect des normes posées ?

Ces interrogations vont te permettre d’avoir un aperçu de ce que peut être l’étendue des règles que tu vas imposer au locataire. Il est évident que la convention qui va régir ta relation avec ton hôte doit être rédigée de manière explicite et intelligible. Cela signifie que son contenu doit fournir assez de détails faciles à comprendre pour que le locataire sache ce qu’il peut faire ou ne peut pas faire et à quoi il s’engage.

Par ailleurs, il y a certains impératifs auxquels tu dois penser à introduire dans ton règlement, quelles que soient tes idées de départ. L’encadrement du rapport de voisinage est plus qu’important, surtout si le bien à louer s’avère être ta résidence principale ou se trouve dans une copropriété, car il est toujours utile d’entretenir de bonnes relations avec ton entourage. Donc, il t’incombe de spécifier dans le règlement que, pour assurer la tranquillité de tous, il faut éviter les nuisances sonores, par exemple, en stipulant que l’organisation d’une fête à partir de 22 heures pour le locataire est prohibée. Et, en parlant de festivité, tu dois aussi fixer le nombre de personnes que ton hôte peut convier à venir dans ton logement, ainsi que les heures de visite. Pareillement, tu peux proscrire à tes clients de recevoir des invités si cela te dérange.

Lisez aussi :  Calculer le Cash flow net net

Afin de combler tes locataires, rien de mieux que de lui fournir les matériels nécessaires à la satisfaction de leurs besoins durant leur séjour. Néanmoins, l’accord qui va te lier avec eux doit énumérer de manière exhaustive les équipements à leur disposition, ainsi que les accessoires qu’ils ont le droit d’amener dans la maison. Par exemple, tu peux leur ôter la possibilité d’utiliser une machine à barbecue, car étant un fervent défenseur de l’environnement, tu trouves que cette pratique pollue notre atmosphère. Dans le cas contraire, si le barbecue est permis, il te revient de leur notifier les instructions à suivre quant à son utilisation. Dans l’hypothèse où ton locataire cause un dégât, comme casser quelques assiettes, au lieu de le menacer de lui faire perdre son dépôt de garantie de manière illégitime ou la résiliation immédiate du contrat de location, demande-lui de t’avertir instamment.

En ce qui concerne l’extérieur de l’immeuble, si tu as une piscine ou un jacuzzi, je te conseille de mentionner dans le règlement intérieur les heures d’ouverture et les conditions d’accès, notamment le tarif ou les règles d’hygiène. Pour le parking, ton hôte doit savoir, s’il conduit une voiture, où il peut la garer et combien de véhicules sont autorisés à stationner, au cas où il reçoit des visiteurs.

Si la propreté de ton logement te tient à cœur, tu ne dois pas accorder à ton hôte le privilège de fumer du tabac ou de boire de l’alcool à l’intérieur de celui-ci. Lui donner des poubelles est un geste lui permettant de savoir quels déchets méritent un recyclage. Après son départ, le contraindre à effectuer une remise en étant des lieux est de mise.

En matière de location saisonnière, la sécurité des biens du locataire reste encore une question difficile à maîtriser. D’ailleurs, c’est pour cette raison que le logement est déjà meublé. Ainsi, dans l’intérêt de ton invité, je te préconise de le rendre responsable des matériels qu’il apporte dans ta maison, en lui imposant de bien verrouiller toutes les portes et fenêtres lorsqu’il souhaite sortir. Mais encore, lui laisser un numéro à contacter en cas d’urgence si un problème venait à survenir.

Commenter :

Ton adresse mail ne sera pas publier.