As tu envie de devenir libre financièrement ?

Le Bonus exclusif : Les 5 piliers de la loc courte durée !

Déconfinement :
Que prévoir pour la location courte durée et
pour le marché de l’immobilier

Tu retrouveras ci-dessous le résumer de cette vidéo  :

Salut, c’est Loïc. Je suis ravi de te retrouver aujourd’hui pour cette nouvelle vidéo. Ici, on va voir ce que l’on va pouvoir faire après le déconfinement. Nous verrons comment va se comporter l’immobilier, et ce que l’on doit faire, notamment au niveau de la location courte durée, mais aussi au niveau de l’immobilier en général. Nous verrons quelles sont les meilleures techniques permettant de profiter au maximum du moment qui viendra après le confinement.

Si rien ne bouge, nous devrions être confinés le 11 mai. Je n’ai pas pour habitude de regarder les médias, je ne l’ai pas fait durant ce confinement. J’ai juste regardé quelques informations avant de faire des vidéos. J’ai vu pas mal de choses au niveau économique, car des choses m’intéressent vraiment, mais tous les discours et autre, j’ai plus de difficultés à les suivre. Je me dis que de toute façon, on verra comment cela se passe. Mais là, c’est intéressant, car on parle de déconfinement. Cela correspond à des opportunités, des choses à faire, des choses qui vont redémarrer.

Pour moi, c’est la grande question, c’est-à-dire de voir comment cela va redémarrer.

Aujourd’hui, la France entière est confinée, comme la moitié du monde. L’autre moitié ne l’est pas, mais la moitié de l’économie mondiale est confinée. Tout tourne au ralenti, car ce sont les plus gros consommateurs qui sont confinés, c’est-à-dire les États-Unis et l’Europe.

On va se focaliser sur la France. Nous, on va être déconfiné le 11 mai. Théoriquement, tout le monde devrait l’être, mais des choses risquent d’être aménagées, telles que les restaurants et les hôtels. Ce sont des choses qui ne vont pas rouvrir immédiatement. Le but du gouvernement est d’éviter que les gens ne bougent trop d’un coup. Je ne sais pas si tu te rends compte, mais le fait d’être confiné et enfermé, moi qui aime voyager et bouger régulièrement, ça engendre le fait que je vais avoir envie de bouger après le 11 mai. Là, du fait que les hôtels sont fermés, l’État va plutôt empêcher les gens de bouger. Donc ce qui se passe, c’est que nous n’aurons pas une reprise complète de l’activité et de l’économie en France à partir du 11 mai. Par contre, nous aurons une reprise partielle.

La conséquence de cela, c’est que l’on ne va pas avoir de mouvements de populations similaires à avant. Pour la location courte durée, nous aurons un effet qui risque d’être de se dire que pendant le confinement, nous logions des personnes qui avaient besoin de se déplacer, pour travailler ou pour voir ses proches par exemple.  Donc, on avait ces typologies de clients qui étaient là, mais nous n’avions pas les touristes et les commerciaux qui se déplaçaient. Par conséquent, nous louions moins cher. On a fait une moyenne, et parmi les personnes que l’on a interrogées et qui sont loueurs en courte durée, nous arrivons à 55 % de chiffre d’affaires perdus.

Ce qui est très rassurant, c’est que malgré ces 55 % de chiffres d’affaires perdus, la plupart des personnes qui ont pu accueillir du monde ont eu un chiffre d’affaires plus élevé que s’ils avaient loué à l’année.

Même durant le confinement, la location courte durée était positive. Après le confinement, je pense qu’on risque d’avoir un effet d’aubaine qui se passe sur la location courte durée. En effet, tu as dû l’entendre juste avant, les hôtels ne vont pas avoir le droit de rouvrir, donc on risque d’avoir des arrêtés préfectoraux par rapport à la location courte durée, comme ça a été mis en place dans certaines régions. Moi, c’est mon cas, des arrêtés préfectoraux sont sortis pour empêcher la location d’Airbnb à des personnes qui partent en vacances. Il était bien précisé sur ceux que j’ai eus sous les yeux, à travers les différents membres que l’on a, que c’était des arrêtés préfectoraux interdisant les vacances, mais qui autorisaient les personnes à qui on a plus ou moins loué à ce moment-là.

Concrètement, on risque d’avoir ce genre de choses. Cela veut dire que ça va repartir et recommencer à partir du 11 mai, et probablement plus fort qu’attendu, puisque les hôtels ne vont pas être ouverts, alors que nous oui. C’est un point positif pour nous. Après le 11 mai, on aura de bons chiffres.

Lisez aussi :  Les Secrets Cachés du Dispositif PINEL

La deuxième chose c’est : Comment va évoluer le marché de l’immobilier.

Tout le monde se pose cette question, mais c’est très particulier comme situation. Là, l’économie était à l’arrêt, le marché immobilier était à l’arrêt. Cependant, ce n’était pas à cause d’une problématique particulière pour les gens, c’était parce qu’on était confiné, qu’on ne pouvait pas visiter. Si tu veux acheter un bien immobilier, c’est rare d’acheter sans visiter. Généralement, quand on ne visite pas, on n’achète pas. En plus, le gros du marché en France est la résidence principale, et on ne va pas l’acheter sans visiter. Donc, très peu de transactions ont été effectuées, uniquement celles qui étaient prévues depuis longtemps. Mais beaucoup de nouvelles transactions sont arrivées, et notamment des choses en cours de signature chez le notaire, où les gens n’ont pas pu faire la démarche auprès des banques. Désormais, ils vont pouvoir aller les faire.

Si tu es en compromis, je t’avais fait une vidéo où je vais te remettre le lien. J’expliquais dans cette vidéo comment cela se passe lorsque tu es en compromis.

L’immobilier va-t-il baisser ?

Je ne suis pas Mme Irma. Par contre, on peut se baser sur des chiffres en lien avec les crises précédentes. Par exemple en 2008, on a eu une baisse de l’immobilier. Par contre, elle n’est pas intervenue juste après, mais plutôt 1 an après, où les prix ont baissé.

3 notions sont à comprendre, la première est le fait que rien n’indique que l’on va baisser dans les semaines à venir, dans les mois à venir, dans l’année à venir. Pourquoi ? Nous avons deux possibilités, soit il y a moins d’acheteurs sur le marché pour diverses raisons, et là, on peut se retrouver avec une baisse de l’immobilier. Mais un autre effet inverse est que des gens aient peur de la crise économique, et que donc celle-ci affecte la valeur de la monnaie, et que les gens investissent par peur de la valeur de la monnaie. Ça, c’est quelque chose qui est arrivé aussi en 2008, c’est-à-dire que la baisse n’était pas très longue. Rapidement, l’immobilier était remonté, car beaucoup de personnes sont arrivées sur le marché en n’étant pas forcément des acheteurs, et sont venues mettre leur argent dans l’immobilier, plutôt que les laisser sur des comptes bancaires. Ça, c’est un effet possible, donc le fait de se dire que ça va baisser, c’est impossible de le savoir.

Une deuxième chose est qu’en France, on a des marchés immobiliers. Bien souvent, on prend les prix de manière nationale, en disant qu’il y a eu une baisse de tant de pourcents au niveau national. En 2008, des endroits ont beaucoup baissé, mais d’autres n’ont pas spécialement baissé. À l’époque, j’avais fait une excellente affaire en 2009 sur une résidence principale que j’ai revendue par la suite. J’avais très bien acheté à ce moment-là, mais j’ai vu plein de gens acheter des biens et puis ne pas forcément être dans une bonne position en 2010 ou 2011. C’était peut-être aussi dû au fait de ne pas avoir très bien acheté à ce moment-là, à cause d’un coup de cœur probablement, mais c’est une autre notion. Mais ce n’est pas parce que les gens ont acheté en 2009 qu’ils ont forcément fait d’excellentes affaires. C’est juste qu’il y avait un peu moins d’acheteurs pendant une période sur le marché, ce qui a engendré le fait que des vendeurs étaient prêts à descendre leurs prix.

Là, des bons coups ont été faits avec ce confinement. J’ai des gens dans mon entourage qui ont négocié des biens au moment du confinement et qui ont obtenu de bonnes affaires, car les propriétaires ont pris peur de la crise. Donc, il y a peut-être des bonnes aubaines à réaliser. Si tu étais sous compromis, tu peux utiliser ça, pas forcément en négociant, mais en posant la question, en disant que tu as peur de l’avenir et que tu voudrais savoir si on peut revoir légèrement le prix à la baisse. Tu peux poser la question, tout est bon à prendre.

Ça, c’était la deuxième notion, tu n’as pas qu’un seul marché, mais des marchés. Ça veut dire qu’autant au niveau national, tu auras 10 % de baisse, mais peut-être qu’il y aura de la hausse là où tu cherches. Par exemple, des beaux quartiers à Paris, ce n’est pas sûr qu’ils baissent pour autant. Peut-être que des gens étant dans des pays où les économies vont moins bien voudront venir investir à Paris pour placer de l’argent, et ça risque d’être compliqué et de faire monter les prix.

C’est compliqué de pouvoir dire que ça va baisser ou monter, beaucoup de facteurs sont à prendre en compte. Il faut suivre les avancées ou fur et à mesure, je te ferais des retours réguliers sur la chaine.

Lisez aussi :  CAP 2022 — La fin du statut LMNP ?

La troisième notion est la plus importante.

C’est que ça coute toujours plus cher de ne pas passer à l’action. Il y a 10 ans, on nous disait déjà que le marché immobilier français était trop haut, et qu’il allait y avoir une correction. Si j’avais écouté ces personnes, je n’aurais jamais investi. C’est pareil en bourse, des gens surfent sur ce côté « effondrement », des marchés, de l’économie. Ça fait peur, et donc beaucoup de personnes font de l’argent sur cet aspect-là. Si je te dis qu’aujourd’hui ça va baisser, je finirai par avoir raison, car tous les marchés montent et baissent, que ce soit de l’immobilier, de la bourse, les voitures anciennes, n’importe quoi. Les côtes montent et baissent au fur et à mesure du temps. Cela fait partie de la vie, ça a toujours été comme ça. Donc, s’il y a 10 ans, je te dirais qu’il y aurait un krach immobilier où sur les marchés d’actions, il y a un moment où j’aurais raison. Il y a bien un moment où cela arrivera, c’est inévitable. Des crises sont présentes, c’est comme ça.

Est-ce que cette crise arrive maintenant ? Je ne sais pas, c’est impossible à prédire. Les États vont vouloir que l’économie reparte rapidement, ce qui va engendrer beaucoup d’argent mis sur les marchés. Ce qui est sûr, c’est que l’inaction coute le plus cher. Même si aujourd’hui tu passes à l’action avec un marché immobilier haut, et que ça perd 15/20 % l’année prochaine, tu seras en réalité passé à l’action. Ce qui veut dire que l’année prochaine tu pourrais embrayer quelque chose de plus rentable. Cette année, si tu as acheté avec les bons critères, tu auras fait une bonne affaire, et cette bonne affaire ne se transformera pas en mauvaise affaire l’année prochaine. Il faudra juste peut-être attendre 2 ou 3 ans si tu avais envie de faire un achat revente.

Je t’explique ça, car beaucoup de gens se disent qu’ils vont attendre.

J’avais une affaire en cours, je vais signer jusqu’au bout, et je vais continuer à chercher de bonnes affaires. Évidemment, tant mieux si le prix baisse, mais sinon j’aurais continué à investir. Si le prix baisse, c’est juste que mes nouvelles bonnes affaires seront plus intéressantes. J’insiste sur ce point, c’est très important d’en parler, car on a tendance à raisonner de façon inverse. On a envie d’acheter au meilleur moment, mais c’est comme dans les marchés financiers, c’est difficile d’acheter au meilleur moment. L’appartement dans lequel je suis, je le loue habituellement, il était disponible tout de suite alors je me suis dit que j’allais faire une vidéo dedans. Cet appartement, je l’ai acheté à très bon prix, mais ce n’était pas la crise. Cela n’empêche pas que si demain le marché baisse de 20 %, je serais toujours cohérent sur le prix d’achat auquel je l’ai touché. De plus, avec les travaux qui ont été faits, je resterai largement gagnant.

Mais ça, tu peux le faire que ce soit la crise ou non.

Je voulais te faire un point sur ce qui risquait de se passer après, sur comment aborder les choses. Je te conseille vraiment de passer à l’action, c’est ce qui marche le mieux pour tout le monde. Si tu passes à l’action, que tu as mis du cash du côté, les choses se passeront bien. Par contre, une chose est sûre, si aujourd’hui pendant cette crise, tu fais partie des victimes et que tu vis mal cette crise, c’est parce que tu as peut-être mal agi auparavant. C’est-à-dire que tu n’as peut-être pas mis suffisamment d’argent de côté au bon moment. Pour ça, peut-être que tu n’es pas passé à l’action pendant 3 ou 4 ans. Il ne faut pas attendre les crises pour se rendre compte de ça. Si aujourd’hui, c’est difficile pour toi, je t’invite à prendre sur toi et te dire quelles sont les actions que tu peux faire demain te permettant justement d’embrayer et ne pas te retrouver une nouvelle fois dans cette situation.

J’espère que cette vidéo t’aura plu, n’hésite pas à mettre les petits pouces bleus sur la vidéo, et à la partager si tu connais des gens qui se posent des questions sur l’avenir. Si tu veux aller plus loin, je vais te mettre dans l’écran de fin un lien pour aller t’inscrire pour les prochaines sessions de formation que l’on organise. C’est des sessions gratuites, tu peux cliquer et t’inscrire. Tu auras environ 3 heures de formation qui te seront offertes, et qui te permettront d’avoir toutes les bases pour faire de la location courte durée automatisée, et profiter pleinement du rebond que l’on va avoir après ce confinement.

Je te dis à très bientôt pour de nouvelles vidéos, ciao.



Abonne toi en cliquant sur le bouton ci-dessous et ne manques aucune de mes vidéos :

S'ABONNER

Commenter :

Ton adresse mail ne sera pas publier.