As tu envie de devenir libre financièrement ?

Le Bonus exclusif : Les 5 piliers de la loc courte durée !

Les activités économiques ont tourné au ralenti, voire passé à l’arrêt pendant plusieurs mois à cause du coronavirus. Tous les secteurs ont été touché par cette crise sans précédent et l’immobilier n’a pas échappé à la règle. La location courte durée a été la plus frappée avec les annulations de réservations qui se sont succédées. Aujourd’hui, même si la vie a repris son cours, le virus circule toujours, et certains voyageurs sont frileux à l’idée de partir loin de chez eux. Par ailleurs, avec la reprise de l’activité économique, certaines entreprises ont refusé leur congé à leurs collaborateurs. Néanmoins, on assiste actuellement à un retour des touristes. Depuis le mois de juin, les vacanciers se ruent sur la plage pour oublier le stress de ces derniers mois et le taux d’occupation a connu une hausse. Quoi qu’il en soit, les annulations de réservations pendant le confinement ont mis à mal le marché de la location saisonnière. Dans cet article, tu trouveras l’impact de ces annulations sur ta location de courte durée et les actions que tu peux entreprendre pour te sortir de la crise.

Les impacts des annulations sur ton investissement locatif de courte durée

Chaque client qui annule une réservation est une perte d’argent pour toi. En effet, tu ne perçois pas de loyers, mais en plus tu dois rembourser les acomptes ou les arrhes que tes locataires ont versés alors que tu les as peut-être déjà utilisés pour faire des améliorations dans ton logement ou payer certaines charges.

La bonne nouvelle est que, dans certains cas, tu peux ne pas rembourser les acomptes. Bien entendu, pour éviter des procès inutiles, il est primordial que tu vérifies le contrat de location. S’il est stipulé que tu dois rembourser tes clients en cas d’annulation dans les délais légaux, tu dois le faire. De même, si tu as mis tes locations de courte durée sur des plateformes spécialisées telles que Airbnb ou Booking, tu dois absolument rembourser tes locataires, car c’est dans la politique de ces sites en ligne. En revanche, si le contrat de bail ne le stipule pas particulièrement, tu peux négocier auprès de tes clients. Tu peux par exemple leur proposer de reporter leur séjour pour garder de la trésorerie. S’ils ne le font pas dans un délai de 18 mois, tu dois les rembourser. En tout cas, le mieux est de toujours chercher une solution qui vous convient à tous les deux. De cette façon, tu ne mets pas en péril l’avenir de ta location saisonnière.

Lisez aussi :  Les 5 tendances du voyage de courte durée à prendre en compte

Comme toute crise, celle que nous sommes en train de vivre va se terminer un jour ou l’autre. Le marché va de nouveau rebondir et il faut que tu sois prêt pour cela. Investir dans la courte durée est un business, et pour réussir, tu dois penser sur le long terme.

Comment faire face aux crises et mieux rebondir quand on investit dans la location de courte durée ?

Même si le marché de l’immobilier et plus particulièrement de l’immobilier locatif est un marché stable, la prudence est de mise quand il s’agit d’investir dans un meublé de tourisme. Soumis aux fluctuations du marché et des tendances, ce type de location est plus instable. Pour mieux rebondir après une crise comme celle du coronavirus, tu dois anticiper sur certaines choses et prendre la bonne décision au bon moment.

Garder de la trésorerie

En tant qu’investisseur immobilier, tu es un entrepreneur. Ton principal objectif doit être de générer un cashflow positif et pérenniser ton activité. Pour ce faire, tu dois garder de la trésorerie, une sorte de filet de sécurité pour justement faire face aux crises comme le covid 19. Grâce à cette épargne, tu pourras payer dans les délais tous tes frais : mensualités du prêt, assurance, travaux, charges de copropriété, impôt, etc.

Diversifier son patrimoine et le mode d’exploitation

Bien sûr, ton business c’est la location de courte durée. tu maîtrises le marché, tu sais comment fidéliser tes locataires, etc. Mais, pour éviter de te retrouver dans des situations difficiles en cas de crise, tu dois diversifier ton mode d’exploitation. À cet effet, la location traditionnelle est plus stable. Aussi songe à la location de longue durée, à la location nue et à la location meublée. Justement, avec ce dernier mode d’exploitation, tu peux bénéficier de la fiscalité avantageuse du statut de loueur en meublé non professionnel (LMNP). Autrement dit, tes revenus locatifs entrent dans la catégorie des BIC ou bénéfices industriels et commerciaux et non des revenus fonciers. À ce titre, tu bénéficies d’un abattement de 50 % (régime micro-BIC) ou de l’amortissement du prix d’acquisition du bien immobilier pour diminuer ta base imposable (régime réel). Tu peux également pratiquer la colocation pour diminuer les risques d’impayés ou sous-louer une partie de ta résidence principale.

Lisez aussi :  Boostez vos réservations en location de courte durée grâce à Instagram

De même, tu dois également diversifier ton patrimoine. Par exemple, investir dans une villa en bord de mer, un studio dans une résidence étudiante, un chalet à la montagne, etc. de cette façon, tu peux louer tout au long de l’année et ne pas te limiter à la haute saison. En ne mettant pas tous tes œufs dans le même panier, tu répartis les risques locatifs et diminues la vacance locative. Pour ce faire, tu dois bien choisir le bien immobilier, l’emplacement et la surface pour que ton investissement réponde aux profils de locataires dans la zone géographique d’implantation. La plus-value à l’achat est plus importante que celle à la revente, surtout si tu n’es pas le genre de personne à revendre.

Négocier auprès de la banque

Même si tu ne perçois pas de loyers pendant plusieurs mois, tu dois t’acquitter de toutes tes charges. Si tu as contracté un emprunt bancaire pour financer ton investissement de courte durée, tu dois continuer à rembourser tes mensualités. Dans ce cas, le mieux que tu puisses faire est de contacter ton banquier et de demander à suspendre les remboursements pendant quelques mois. À défaut, tu peux négocier la durée du prêt. Convaincs-le de rallonger les échéances pour diminuer le montant de tes remboursements. Pareillement, si tu as demandé un différé de 12 mois ou 18 mois, demande-lui de rallonger la durée, cela te permettra de diminuer tes charges en attendant que la crise soit finie.

Louer son bien immobilier en longue durée

En attendant que le marché de la location saisonnière redevienne stable, tu peux louer ton logement en location meublée de longue durée. Tu pourras économiser sur certaines charges, notamment la taxe d’habitation et les charges de copropriété. À la reprise de l’activité prévue pour l’année prochaine, tu pourras toujours reprendre ton activité de location courte durée pour diversifier ton mode d’exploitation.

Investir

De nombreux investisseurs revendent leurs biens immobiliers pour faire face aux crises ou par peur de l’avenir. Les opportunités d’achat vont augmenter, et il est plus qu’évident que les propriétaires seront enclins à diminuer le prix. En tant qu’investisseur, tu dois saisir cette opportunité pour réaliser de bonnes affaires. De plus, les taux d’emprunt n’ont pas augmenté pour soutenir l’économie européenne. C’est donc le meilleur moment pour investir. Comme quoi « À quelque chose malheur est bon ».

Commenter :

Ton adresse mail ne sera pas publier.